Réunion du Collège de Recherche en Psychomotricité

Réunion Co.R.Ps. du LUNDI 25 Novembre 2019 à 19:00

IME les chênes 21 Rue des Lilas, 06100 Nice

Ordre du jour :

  • Vote afin d’approuver le précédent compte rendu de réunion ainsi que la candidature de Camille Bey en tant que secrétaire.
  • Reparler des groupes de travail et voir l’avancement de ceux qui ont été créés à la dernière réunion (un sur l’autisme et un sur les JA).
  • Définition des thèmes concernant les prochaines réunions.
  • Aborder à nouveau les journées de formation et définir un planning avec des priorités et lister les personnes intéressées.
  • Point sur les cotisations : obligatoires afin d’assister aux séances.
  • Information de Jacky Garrone concernant le télésoin proposé par la HAS. Ayant fait partie du collectif ayant participé à la concertation afin de définir le positionnement des psychomotriciens face à ces nouvelles pratiques, il propose de nous informer sur l’avis qui a été rendu.
  • Proposer la mise en place d’un groupe d’analyses des pratiques professionnelles.
  • Explication des axes sur lesquels le Co.R.Ps. va se focaliser cette année et concertation auprès des membres. Ces axes sont les suivants :
  • Mise en place d’une communication plus importante entre membres en utilisant les moyens informatiques
  • Mise en place d’une base de données (articles…)
  • Développement d’un pôle de formation
  • Rayonnement de la profession dans le tissu associatif local ainsi que de l’association auprès des autres psychomotriciens

Ces innovations ont pour but de développer une collaboration et une communication nécessaire à l’enrichissement de nos pratiques professionnelles. Au moyen de ce collectif, le but est de se sentir soutenu individuellement dans les problématiques rencontrées par chacun de nous. Ces dernières peuvent être d’ordre thérapeutiques en lien avec le patient ou d’ordres institutionnelles.

Ces derniers temps la place du soin est de plus en plus grignotée. Par les échanges initiés ici, nous espérons que chacun se sentira suffisamment soutenu afin d’affirmer sa place et sa légitimité dans le parcours de soin du patient.

LUDyLAB : Aide pour personnes à mobilité réduite

C’est au cours d’une rencontre avec des patients que les deux acteurs ont convergé vers une idée commune : assister la rééducation fonctionnelle par le jeu grâce au drone psychomotricien

Un LivingLab « Laboratoire Vivant » dédié aux drones
Le LUDyLAB est un LivingLab*, un lieu de rencontre qui stimule le process innovation et qui rassemble des personnalités aux profils variés : chercheurs, entrepreneurs, startuppers, usagers… Au sein du LivingLab des capsules — séances — réunissent des acteurs de tous horizons pour co-créer et co-imaginer de nouveaux usages autour des nouvelles technologies.

*Conçus dans les années 1990 au MIT, les LivingLabs ont été imaginés avec et au service des urbains. Le LUDyLAB revendique la nécessité d’innover aussi en milieu rural, au service de l’écosystème vendéen avec ses « usines à la campagne ».
 

Le module « drones » a notamment été mis en place avec le CHU de Nantes qui réfléchissait à des moyens d’intégrer les nouvelles technologies (réalité virtuelle, drones…) à ses programmes de rééducation. Après plusieurs essais avec les patients, l’idée de créer un bandeau permettant de diriger le drone avec sa tête a tout de suite été expérimentée… et ce fut une réussite !

Après plusieurs séances de co-création avec le CHU de Nantes et des patients tétraplégiques et hémiplégiques, le LUDyLAB a développé deux prototypes qui permettent à des personnes handicapées physiques de piloter un drone :

  • Un gant connecté : gant intuitif et ergonomique… en penchant la main vers l’avant, le pilote fait avancer le drone, en le penchant vers lui, il le ralentit, en tournant la main à gauche, le drone va vers la gauche et à droite s’il tourne la main vers la droite. Cela permet à des personnes qui ne peuvent pas manipuler de manettes ou joystick de s’initier au pilotage de drone.
  • Un bandeau connecté : un bandeau connecté au drone et qui se place autour de la tête permet à des personnes tétraplégiques de piloter le drone d’un simple hochement de tête. Dans la même idée qu’avec le gant connecté la personne dirige le drone en penchant la tête à droite, à gauche, en avant ou en arrière.

Le drone pour assister la rééducation psychomotricienne
Ces séances de pilotage de drone redonnent du sens à une vie qui en est privée par le handicap. Comme le dit cet ancien pompier de Paris devenu tétraplégique « Certes je ne peux pas bouger, mais je vois, j’entends, je parle et maintenant je peux même piloter un drone ! »

Du point de vue physique le fait d’utiliser le drone pour s’amuser a permis aux patients de développer une amplitude de mouvement plus importante et sans s’en rendre compte, agilité qu’ils n’avaient pas lors des séances de rééducation classiques.

« La personne oublie ses limites physiques, car on est vraiment sur la notion de plaisir, du jeu, c’est l’apprentissage par le plaisir. On se rend compte que dès qu’il y a du plaisir on est capable d’aller beaucoup plus loin » précise Stéphanie Douillard animatrice du LivingLab piloté par Pascale Mousset.

Alors que le CHU était venu dans le but de pertir ses patients, et que le LUDyLAB cherchait à élargir l’activité drones, cette aventure humaine a permis de dégager la problématique suivante : Comment le drone peut-il s’inscrire en complément de la rééducation psychomotricienne ? Cette problématique est encore en cours de réflexion et d’autres « capsules de co-création » pour y répondre sont prévues.
Un des objectifs pourrait être de passer du mode prototype à l’industrialisation de ces gants et bandeaux connectés et/ou d’augmenter le nombre de personnes qui ont accès au pilotage de ces drones.

Prochaine capsule le 12 novembre 2019

La prochaine « capsule LivingLab drones psychomotriciens » au LUDyAB avec d’autres patients à mobilité réduite du CHU de Nantes. L’objectif de cette séance est d’améliorer les prototypes en recueillant les retours des patients lors de nouveaux essais.

Voir la vidéo de la dernière capsule : https://early-com.com/2019/10/16/ludylab-aide-pour-personnes-a-mobilite-reduite/

EarlyCom

Voir l’article original

Les troubles neurodéveloppementaux à l’épreuve de la clinique

BÉBÉS, ADOLESCENTS. UNE PSYCHOMOTRICITÉ A GÉOMÉTRIE VARIABLE. Entre psychopathologie et thérapeutique Une approche multidimensionnelle

Inscriptions
Deux possibilités : – s’inscrire en ligne et payer (méthode préférentielle) : 
– renvoyer à la SFPEADA  le bulletin d’inscription (adresse indiquée dans le bulletin).

Clinique du lien au sein de l’addictologie – La relation de dépendance

Séminaire D.W. WINNICOTT

Réunion Co.R.Ps.

Collège de Recherche en Psychomotricité

La prochaine réunion de l’association Co.R.Ps. aura lieu dans les locaux de la Pouponnière Le Patio de Lenval située au 4 rue Badat à Nice à partir de 19h, le jeudi 3 octobre.

%d blogueurs aiment cette page :